L'Azawad: évolution de la situation politique...

Publié le par Salah Hannoun

L'Azawad: le MNLA et "l'intervention militaire au Sahel".

http://www.siwel.info/photo/art/grande/4881318-7281666.jpg?v=1351863536

  La situation politico-militaire dans l'Azawad (communément appelé "Nord du Mali") ne cesse de connaitre des rebondissements, ces dernières semaines. Depuis l'adoption de la dernière résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur une éventuelle intervention militaire dans la région, les acteurs impliqués sur le terrain commencent à donner de la voix afin de faire progresser leurs positions politiques réciproques.

Le Mouvement National de Libération de l'Azawad (MNLA), mouvement amazigh ayant proclamé la naissance d'un Etat démocratique et laïque au sein du territoire historique de l'Azawad, après avoir vaincu les forces de l'armée malienne, a connu ces derniers mois des difficultés de coordination politico-militaire sur le terrain. Après la réorganisation de ses forces, la création du CTEA (Coonseil Transitoire de l'Etat de l'Azawad) notamment, le MNLA tente de se repositionner sur l'échiquier médiatique afin de ne pas faire les frais de la "lutte contre le terrorisme" au sein du Sahel.

La CEDEAO ne faisant pas cas des revendication du MNLA, celui-ci se trouve dans l'obligation de reprendre l'initiatique afin de sauvegarder les acquis nés de l'engagements de ces militants sur le terrain. C'est dans ce sens qu'une déclaration prenant la forme d'une mise au point a été publiée par son Porte-parole en Europe.

Pour information, et par esprit de solidarité, nous la publions dans son intégralité.

Salah Hannoun.

Crédit photo: www.siwel.info (c). Tous droits réservés. 

 


 

Mise au point de la Coordination de l'action diplomatique du MNLA et du CTEA en Europe.

  Depuis quelques jours, un ballet diplomatique soutenu par un renfort médiatique sans précédent qui rivalise en scénariis de tous genres fait état de l'imminence d'une intervention militaire dans l'Azawad.

Le MNLA  suit de près toutes ces tractations et continue son intense travail diplomatique pour porter à la connaissance de la communauté internationale sa position face à la situation. La représentation diplomatique de l’Azawad en Europe vient de terminer une mission de plus de trois semaines en Afrique du Nord, en Europe et en Afrique de l’Ouest et a présenté sans complaisance le calendrier du MNLA  pour la résolution du conflit politique qui nous oppose à l’Etat criminel du Mali. Dans les prochains jours notre délégation est attendue au Canada et aux Etats Unis.

Pendant que le Mali reçoit en fanfare le ballet diplomatique international et sous régional, l’armée malienne accentue ses crimes et ses exécutions sommaires sur des dizaines de Touaregs en moins d’une semaine. 

L’armée malienne, avec la caution internationale, se sent dans son "bon droit" et semble prendre la décision d’une intervention de la CEDEAO comme une nouvelle caution dans la "mise au pas" des Touaregs, pour ne pas dire leur extermination. Le MNLA tient le Mali et ses soutiens pour responsables de tous ces crimes et compte en saisir dans les plus brefs delais la Cour pénale Internationale.

Dans une vidéo d’exécution de civils azawadiens que nous avons rendue publique, mercredi, toutes les preuves sont désormais à la disposition de la communauté pour qu’elle sache entre les mains de quel monstre elle se prépare à remettre la logistique militaire prise sur les contribuables africains et européens !

De l’intervention militaire

Le MNLA reste convaincu que toute intervention qu’elle soit militaire ou politique sans son implication franche et directe, est vouée à l’échec. Nous rappelons à ceux qui l’auraient oublié que c’est bien le MNLA qui  chassé l’armée et l’administration malienne entre janvier et avril de toute l’étendue du territoire de l’Azawad et en serait intégralement maitre aujourd’hui si ce n’était la déferlante islamiste qui s’est abattu sur l’Azawad grâce à l’appui occulte de certaines entités .Il y a un problème de fond et c’est ce qu’il faut le résoudre : l’auto-détermination de l’Azawad, un problème qui dure depuis plus d'un demi-siècle suite à la création des nouveaux Etats nés du découpage colonial! 

La lutte contre les groupes islamo-narco-terroriste ne peut absolument pas prétexter à une occultation du  fond du problème qui nous oppose à l’Etat raciste et criminel de Bamako : le droit à l’existence de notre peuple.

De l’éradication du terrorisme 

Le MNLA réaffirme sa disponibilité à participer à toute action politique ou militaire dans la résolution du problème du terrorisme au Sahel, mais il ne servira en aucun cas de sous-main à une quelconque force étrangère qui niera la légitimité du MNLA et du peuple de l’Azawad à prendre son destin en main. Pour ce qui nous concerne, il n’est désormais plus question de confier la sécurité de nos citoyens à qui que ce soit en dehors d’une autorité issue de la volonté du peuple de l’Azawad.

Des négociations politiques 

Nous réaffirmons notre disponibilité à aller à des négociations politique comme déjà annoncé au médiateur de la Cédéao à qui la plateforme politique de notre mouvement a été remise depuis quelques semaines. Nous tenons à rappeler que la base de toute négociation telle que souhaitée par la Cédéao et la communauté international entre nous et  l’Etat criminel du Mali reste et demeure le droit à l’auto-détermination du peuple de l’Azawad.

Vive l’Azawad libre et indépendant

Vive le MNLA

Mossa Ag Attaher

Coordinateur de l’action diplomatique du MNLA et du CTEA en Europe

Publié dans Tasartit - Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article